Le guide de votre bien-être à domicile

Mal de dos

Actualités

Le mal de dos : une perte d’un milliard d’euros pour les entreprises

C'est devenu la bête noire des entreprises françaises. La part des lombalgies - ou mal de dos - au sein des accidents du travail augmente année après année... En 2005, elles représentaient 13,2% des accidents du travail, contre 19,1% dix ans après, en 2015. Soit 146.000 cas en 2005 et 167.000 cas l'année passée. Cette tendance est d'autant plus fâcheuse que dans le même temps, le nombre total d'accidents du travail a reculé de 1,1 million à 900.000! Ce sont les chiffres que dévoile la branche accidents du travail de la Sécurité sociale (AT-MP) dans ses résultats annuels, cités par Les Échos.
Le mal de dos concerne tous les travailleurs français: plus de la moitié d'entre eux souffrent au moins une fois par an d'un épisode de mal de dos. Et une fois sur cinq, cette douleur engendre un arrêt de travail. La lombalgie est d'ailleurs le deuxième motif de recours au médecin traitant. Pour les entreprises, le coût est astronomique: quasiment un milliard d'euros par an! C'est quasiment autant que la facture de tous les troubles musculo-squelettiques (TMS) réunis.
Si l'on entre dans les détails de ce milliard d'euros de coût, plus de la moitié (580 millions) couvre les indemnisations des séquelles, sous forme de rentes ou de capital. Les indemnités journalières s'élèvent de 300 à 350 millions d'euros. Reste la prise en charge des soins, qui coûte 120 millions d'euros par an.

Ne plus avoir mal au dos : adoptez la méditation

La technique étudiée par les chercheurs est celle de la “mindfulness”, ou “méditation de pleine conscience”, une méthode traditionnelle dépouillée de ses aspects spirituels. Elle ne requiert aucune connaissance préalable : tout le monde peut s’y mettre. Attention, ce n’est pas de la relaxation ! La méditation est une attitude active où les sens sont en éveil. On apprend à s’extraire de ses émotions et de ses sensations pour atteindre, au fil de la pratique, une paix intérieure.

Deux mécanismes à l’œuvre dans la lombalgie chronique
Les médecins ont identifié au moins deux mécanismes à l’œuvre dans les maux de dos chroniques, et la méditation semble particulièrement adaptée pour y répondre.
1. La douleur provoque des réactions de défense du corps. Les muscles, notamment, se crispent pour former des contractures. « La personne qui souffre réduit au maximum ses mouvements et les articulations se raidissent », complète le Dr Coudron. Moins on bouge, plus le problème s’aggrave.
2. On sait également que le cerveau joue un rôle majeur dans la chronicisation de la douleur. Grâce aux progrès de l’imagerie cérébrale, les chercheurs ont observé de quelle manière la sensation douloureuse finissait par évoluer pour son propre compte, alimentée par le stress et l’anxiété. Il n’est pas rare que la lésion originelle disparaisse ¬complètement, mais que la lombalgie persiste à cause de ces phénomènes d’auto-aggravation.

La méditation décontracte les muscles et réduit la douleur
L’étude parue dans le JAMA ¬compare un groupe de personnes soignées par des antidouleurs, avec un autre panel qui a suivi des séances de méditation. Les résultats sont sans appel : les patients du deuxième groupe ont constaté une amélioration de 51 % de leurs douleurs et de leur mobilité, quand les premiers n’ont été soulagés qu’à hauteur de 27 %. Le Dr Coudron explique que le fait de méditer décontracte d’abord les muscles. « Tout le corps se décrispe », affirme-t-il.

Les métiers les plus à risques pour avoir mal au dos

Devoir porter des matériaux lourds, rester assis, faire des tâches répétitives ou devoir se baisser (mal) pour prendre des choses ou des enfants... Ces gestes parfois quotidiens sollicitent la colonne, les muscles du dos et de la ceinture abdominale. À terme, ces gestes répétitifs ou brutaux peuvent provoquer des douleurs. Il convient de se protéger au mieux.
Certaines professions prédisposent au mal de dos. Voici une petite liste non exhaustive de ces métiers qui peuvent entraîner douleurs et arrêts de travail:
Les ouvriers en bâtiment et des travaux publics.
Les déménageurs.
Les manutentionnaires.
Les infirmiers et aide-soignants qui doivent déplacer des patients.
Les caissières.
Les employés dans les banques, l’administration... L’immobilisme pousse à la chronicisation des maux de dos.
Les chauffeurs routiers (camion, taxi, bus...)
Les agriculteurs.
Les puéricultrices.
Les femmes de ménage qui se penchent (parfois mal) pour tordre le torchon au-dessus du seau et faire des gestes répétitifs de nettoyage.
Les métallurgistes.
Les facteurs.

Mal de dos : faut-il consulter un médecin généraliste ou un ostéopathe ?

Cela dépend. Ces douleurs peuvent être liées au stress ou être bien plus graves si on souffre également de troubles moteurs (impossibilité d'être sur la pointe des pieds, paralysie des orteils). D'après le docteur Louise Oudin, il faut consulter un généraliste ou un rhumatologue la première fois que l'on souffre de douleurs au dos. Objectif : poser un diagnostic.

« Les ostéopathes ne sont pas médecins. Si vous souffrez d'une hernie discale et qu'il vous manipule, les conséquences peuvent être graves », prévient-elle. Il faut donc d'abord comprendre l'origine de cette souffrance. Une fois le diagnostic posé, si vos problèmes de dos sont chroniques et que « vous connaissez un bon ostéopathe ou kinésithérapeute, vous pouvez les consulter directement pour qu'ils vous soulagent ».

Douleurs dorsales : un portail internet pour déterminer l’origine est maintenant disponible

L’origine et la nature du mal de dos chronique sont souvent incomprises. Douleur inflammatoire ou mécanique ? Derrière les douleurs dorsales peuvent se cacher plusieurs pathologies selon le Docteur Laurent Grange, rhumatologue au CHU de Grenoble. Le traitement est efficace que si la typologie et la nature de la douleur soient bien déterminées. La France compte une personne sur cinq qui souffre de mal de dos avec une durée de plus de trois mois. Au-delà de cette période, il s’agit d’un mal de dos chronique qui est souvent d’origine inflammatoire. Ce cas concerne surtout les jeunes personnes en activité professionnelle qui ressentent de vives douleurs la nuit et une fatigue intense le jour. D’après une enquête réalisée sur 4 000 européens qui souffrent de mal de dos, 68% dorment mal et changent plusieurs fois de positions la nuit et 61% affirment se réveiller fatigués le matin.

Le mal de dos touche de plus en plus de personnes même les enfants, c’est pourquoi AbbVie en partenariat avec l’AFLAR (Association Française de Lutte Antirhumatismale) et l’AFS (Association France Spondyloarthrite) ont lancé une campagne « Ne lui tourner pas le dos ». Cette campagne propose un site web www.neluitournezpasledos.fr accessible pour toutes personnes désireuses d’en savoir plus sur leur mal de dos. Ce site met en avant un questionnaire en ligne qui comprend cinq questions. Si l’internaute répond oui à au moins 4 des 5 questions, l’origine de sa douleur peut être inflammatoire.

Cette campagne digitale prendra effet au mois d’Avril et c’est tout un programme visant à sensibiliser les personnes surtout les jeunes de ne pas tourner le dos sur leur mal de dos qui est mis en place. « Ne lui tournez pas le dos » est aussi présent sur Facebook pour plus d’informations.

Mal de dos : Les bienfaits d’une cure à l'Ecole du dos

D’après les données de l’INPES, 36% des femmes et 27% des hommes vivent avec des douleurs au niveau du dos. En général, ces maux proviennent de contractures musculaires provoquées par le stress ou les mauvaises positions durant les heures de travail passées devant un écran d’ordinateur. Pour soulager le mal de dos, les centres de thalassothérapie proposent différentes techniques : les soins d’hydrothérapie pour éliminer les tensions liées au stress ou l’Ecole du dos pour apprendre aux curistes d’éviter les postures à l’origine des douleurs.

Six jours de cure

Proposée par un kinésithérapeute spécialement formé, l’Ecole du dos débute par un bilan personnalisé de l’apparition des douleurs dorsales et les situations quotidiennes qui les encouragent. Ensuite, des ateliers permettront au spécialiste de conseiller le curiste sur les bons automatismes à adopter, les exercices de souplesse, d’auto-étirements et de renforcement musculaire afin de faciliter l’entretien du dos et réduire l’intensité des douleurs dorsales. Puis, le curiste aura besoin de mises en situation dans une salle équipée d’objets censés imiter les gestes du quotidien pour l’aider à corriger les gestes habituels : monter en voiture, soulever une charge ou faire les courses. Enfin, le volet détente et relaxation contient des séances de massages par un kinésithérapeute, de soins d’hydrothérapie (douche à jets, bain hydromassant,…) et de soins à base d’algues pour diminuer les tensions musculaires.

Des gestes quotidiens

Dans notre vie quotidienne, nous avons l’habitude de certains gestes qui nuisent au dos :

Posture trop creuse ou trop arrondie au lieu de garder un dos bien droit non contracté.

Bouger le buste au lieu de faire appel aux hanches et aux jambes.

Creuser au lieu de redresser le dos pendant le repassage ou la vaisselle.

Creuser le dos au lieu de rentrer le ventre et serrer les fesses pour attraper une boite dans le placard.

Le sport pour apaiser le mal de dos

Défini étant le mal du siècle, le mal de dos touche toutes les catégories de personnes, des plus jeunes aux plus vieux. Dans la plupart des cas, les contractures douloureuses et les sensations de poids sur la nuque et les épaules résultent d’une mauvaise posture devant l’écran d’ordinateur ou des gestes déplacés lors des tâches ménagères quotidiennes. Avec le stress et la fatigue, le mal de dos s’accompagne de tensions musculaires situées au niveau de la nuque, des épaules et entre les omoplates. Et même si cette sensation se dissipe en quelques jours, nous vous invitons à accélérer le processus avec deux exercices physiques.

La position de demi-pont

Pour assouplir la colonne vertébrale, s’allonger sur un tapis, mettre les pieds à 10 cm des fesses, pousser les talons et monter les fesses vers le plafond, aligner le bassin, les genoux et les épaules, descendre les bras vers les pieds avec les mains jointes, tenir ainsi 30 secondes et répéter l’exercice jusqu’à soulagement du dos.

Le stretching des jambes

Les douleurs lombaires à l’origine des tensions des vertèbres du bas du dos proviennent souvent d’une raideur de la chaîne musculaire postérieure (fessiers, arrière des cuisses et mollets). Pour les éliminer, faites des exercices d’étirements réguliers : s’allonger sur le dos, fléchir les jambes et mettre les pieds bien à plat, sentir la cambrure naturelle du dos et la maintenir durant l’exercice. Lever la jambe droite et l’allonger vers le plafond, mettre les mains derrière la cuisse droite et rapprocher la jambe droite vers le buste en 30 secondes sans trembler.

Un chiropracteur pour lutter contre le mal de dos

Du 13 au 19 mai prochain, la Belgique accueille la « Semaine du mal de dos ». Pour cette deuxième édition, les organisateurs invitent le grand public et les professionnels de la santé à s’intéresser à la chiropraxie, une branche méconnue et délaissée à cause des préjugés et idées reçues.

Pour soigner ce mal du siècle, tous les chiropracteurs du pays ouvriront leurs portes pour informer le public, effectuer un avis gratuit sans obligation de traitement et prouver leur savoir-faire. En tant que président de l’UBC, Thyl Duhameeuw rappelle que cette « Semaine du mal de dos » entre dans le cadre de la régularisation de la profession chiropratique : « c’est le moment de prouver au grand public et aux professionnels des soins de santé que la chiropraxie est utile pour traiter les douleurs de la nuque et du dos, en leur proposant de les recevoir sur notre lieu de travail ».

La chiropraxie en ligne

L’UBC profite de cette « Semaine du mal de dos » pour présenter www.chiropraxie.org, le nouveau site web des chiropracteurs riche en informations fiables sur le métier. Une démarche qui figure dans le cadre de la prochaine régularisation parce qu’il est important de communique de façon transparente. Selon Thyl Duhameeuw, « la chiropraxie est totalement prête à être intégrée en tant que discipline indépendante dans le système belge de soins de santé. Nous répondons à tous les critères fixés et il est indispensable que la chiropraxie soit traitée en tant que discipline indépendante de soins de santé et en tenant compte des spécificités de notre profession. C’est également le but de ce nouveau site web ».

L’art de lutter contre le mal de dos

Dans le jargon médical, la lombalgie, le lumbago ou l’hernie discale désignent les différents stades des pathologies caractéristiques du dos. Même si des traitements médicamenteux existent pour réduire les douleurs, il vaut mieux jouer la carte de la prévention en adoptant un bon mode de vie.

La musculation

Dans 10 à20% des cas, le mal de dos est associé aux troubles de la croissance et les méthodes anciennes proscrivaient toute forme d’activité sportive. Ce qui n’est plus le cas actuellement puisque les spécialistes comme le docteur François Lallemand encouragent la musculation pour préserver la bonne tenue de notre dos et sauvegarder les 33 muscles intervertébraux situés entre les vertèbres cervicales, thoraciques, lombaires ainsi que le coccyx et le sacrum constitués de vertèbres soudées qui garantissent le maintien de la colonne vertébrale. Toujours d’après le médecin, il existe d’autres facteurs favorisants comme le manque d’hydratation et de musculation, l’obésité et les mauvaises postures et ces problèmes peuvent être éradiqués par la pratique régulière d’activités physiques adaptées comme la natation, le vélo ou la marche douce sur surfaces souples.

Une bonne posture

Il faut toujours rappeler que la posture joue un rôle majeur dans le maintien de la colonne vertébrale. Ainsi, il faut limiter les courbures créées par les réveils brusques, les mouvements pliés pour prendre le sac de courses et la courbure du dos durant les nombreuses heures passées devant l’ordinateur. D’après le docteur François Lallemand, il suffit de calculer les gestes au réveil : se mettre sur le côté avant de se redresser en se maintenant avec une main et descendre les pieds.

Le cas des femmes

A part les risques quotidiens, les femmes sont exposées à des fragilités spécifiques comme la grossesse qui accentue la courbe du dos, la ménopause et le risque d’ostéoporose ainsi que la déminéralisation osseuse qui a un impact sur le squelette (col du fémur et vertèbres).

USA : une contamination des traitements contre le mal de dos

Depuis le début de ce mois d’octobre, une épidémie de méningite fongique fait ravage aux Etats-Unis et les données rapportent actuellement 20 décès et 257 malades. Dans leur dernier communiqué, les autorités sanitaires américaines confirment qu’il s’agit bien des effets de la contamination de médicaments indispensables dans le traitement des maux de dos.

Des médicaments de l’entreprise New England Compounding Center (NECC)

C’est une société de préparation de médicament localisée dans le Massachusetts qui développe des injections de stéroïdes utilisés dans le traitement du mal de dos provoqué par les hernies discales ou les douleurs articulaires. Ces médicaments ont été infestés par un champignon parasite très rare qui provoque la méningite fongique, une maladie responsable de l’inflammation des membranes protectrices du cerveau et de la moelle épinière. Depuis cette découverte, l'agence américaine du médicament (FDA) a procédé au rappel de ces injections de stéroïde dès le 6 octobre dernier.

D’autres cas alarmants

D’autres produits élaborés par NECC sèment le doute chez l'agence américaine du médicament (FDA) qui a reçu des plaintes sur la méningite fongique après l’utilisation d’une solution indispensable pour l’immobilisation des muscles cardiaques lors d’une opération chirurgicale du c½ur et un traitement avec un autre type d'injection de stéroïdes à usage ophtalmologique. La FDA essaie actuellement de prouver les liens entre les traitements et la pathologie en alertant 97% des patients qui pourraient être concernés. Une telle mesure devrait augmenter le nombre de personnes à risque estimées à 14.000 actuellement. En attendant les résultats des analyses, la FDA a fermé l’usine de NECC, rappelé tous les produits de la société et appelé à vigilance soutenue de tous.

En attendant, il vaut mieux se fier aux techniques de soulagement du mal de dos comme les exercices musculaires, les relaxations, les étirements et l’utilisation de thérapies douces comme l’acupuncture qui a déjà fait ses preuves.

Le mal de dos peut être aggravé par les SMS !

Il semblerait que l’ordinateur ne soit plus le seul produit issu des nouvelles technologies mis en cause dans l’aggravation du mal de dos. L’usage intensif des SMS avec votre téléphone portable est tout aussi néfaste pour votre dos !
Comme pour l’usage des ordinateurs, la mauvaise posture adoptée par votre corps provoquerait un mal de cou qui s’étend jusqu’aux muscles du dos.

C’est le constat effectué par Rachel Lancaster, un chiropracteur britannique qui affirme traiter de plus en plus de cas de maux de dos engendrés par l’usage du téléphone portable. Les spécialistes anglo-saxons utilisent d’ailleurs le terme de “Text-neck” (“neck” signifiant “cou”) pour désigner la raideur du cou et du dos provoquée par l’envoi d’e-mails ou de SMS sur un téléphone portable. En effet, les utilisateurs ont tendance à pencher la tête en avant et courber le dos pour s’adapter à la position du téléphone portable dans les mains !

Les smartphones et autres tablettes font de plus en plus partie de notre quotidien, il est ainsi recommandé de garder votre dos bien droit et de rapprocher votre appareil à hauteur des yeux pour une meilleure posture.

Déjà considéré comme le “mal du siècle”, un mal de dos chronique dû au mauvais usage des gadgets électroniques peut, à terme, avoir des conséquences graves sur la santé et entraîner d’autres douleurs chroniques, comme les maux de tête et les douleurs articulaires au niveau des épaules.